RA074 - Les Castors de l'Alouette (1948-1951) : l'aventure communautaire de 150 jeunes qui décidèrent de construire une cité idéale
RA074 - Les Castors de l'Alouette (1948-1951) : l'aventure communautaire de 150 jeunes qui décidèrent de construire une cité idéale
  • Charger l'image dans la galerie, RA074 - Les Castors de l'Alouette (1948-1951) : l'aventure communautaire de 150 jeunes qui décidèrent de construire une cité idéale
  • Charger l'image dans la galerie, RA074 - Les Castors de l'Alouette (1948-1951) : l'aventure communautaire de 150 jeunes qui décidèrent de construire une cité idéale

RA074 - Les Castors de l'Alouette (1948-1951) : l'aventure communautaire de 150 jeunes qui décidèrent de construire une cité idéale

Prix normal
€14,95
Prix réduit
€14,95
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du paiement.

Auteur : Daniel Bancon — langue : français — format : 15x21 cm — nombre de pages :  150 — illustrations : en NB.
En 1948, au lendemain de la Guerre — alors que sévit une grave crise du logement — 150 jeunes gens, entraînés par Etienne Damoran, jeune prêtre-ouvrier bordelais, se lancent dans une folle aventure : construire de leurs propres mains une “Cité-modèle”, voire une société idéale...
La “Cité des Castors” voit le jour à Pessac, dans la banlieue de Bordeaux, après bien des difficultés de tous ordres et quatre ans de travaux.
C’est non seulement 150 habitations pourvues de tout le confort pour l’époque, mais également une communauté de vie : autogestion dans l’approvisionnement de l’eau, pour le tout-à-l’égout ; mise en place d’une coopérative d’approvisionnement alimentaire, de services collectifs : machine à laver “itinérante”, bibliothèque, ciné-club ; et création d’activités de loisirs : orchestre de jazz, troupe de spectacle “les Variétés-Castors”, etc.
« Les Castors de l’Alouette » est le récit de cette extraordinaire aventure humaine.

Daniel Bancon, pur produit de l’école laïque, fut d’abord apprenti tourneur puis réquisitionné pour le STO pendant la 2e guerre mondiale. Permanent syndical, il a enseigné son métier dans un collège technique.
Il a fait partie de la première équipe des “Castors”. Il en a vécu toute l’aventure de l’intérieur et sur le terrain. Il parle ici plus en témoin qu’en historien. Depuis 1951, date de l’achèvement des “Castors”, il a toujours habité la “Cité”.

Version e-book (cliquez sur ce lien)