OGO052 - Le Croissant marchois entre oc et oïl
OGO052 - Le Croissant marchois entre oc et oïl
OGO052 - Le Croissant marchois entre oc et oïl
  • Charger l'image dans la galerie, OGO052 - Le Croissant marchois entre oc et oïl
  • Charger l'image dans la galerie, OGO052 - Le Croissant marchois entre oc et oïl
  • Charger l'image dans la galerie, OGO052 - Le Croissant marchois entre oc et oïl

OGO052 - Le Croissant marchois entre oc et oïl

Prix normal
€24,00
Prix réduit
€24,00
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du paiement.

Auteur : Jean-Michel Monnet-Quelet — langue : français — format : 16x24 cm — nombre de pages :  218 — illustrations : en NB et COULEUR.

Le marchois est parlé dans un espace linguistique appelé le Croissant qui couvre une partie plus ou moins importante des départements de la Charente, de la Vienne, de l’Indre, de la Haute Vienne, de la Creuse, du Cher, de l’Allier et du Puy-de-Dôme.
S’étirant sur plus de 300 km, il est employé par des milliers de locuteurs même si, hélas, il a tendance à disparaître comme la plupart des « patois ». L’auteur s’est intéressé aux différentes études linguistiques concernant le marchois depuis le XIXe siècle qui cherchèrent à en établir la nature : relève-t-il de la langue d’oïl ou de la langue d’oc ? Ne constitue-t-il pas plutôt un domaine linguistique bien particulier comme c’est le cas pour le franco-provençal à l’est de la France ? Pour répondre à cette question, l’étude des atlas linguistiques et les sciences qui s’y intéressent comme la dialectométrie, la référence aux critères occitans définis par Jules Ronjat, l’étude des noms de lieux, etc., sont autant de points d’attaque. Un autre aspect concerne l’ancienneté du marchois et ses particularités par rapport à la langue d’oc des troubadours. L’étude de textes anciens comme la Charte de Charroux (Vienne), première capitale marchoise, ou bien encore la toponymie, apportent leur pierre à l’édifice. La question de l’intercompréhension est importante et la distinction entre le marchois et le limousin, dialecte d’oc, permet de mettre en évidence la nature singulière de l’identité linguistique marchoise, entre oïl et oc.

L’auteur, né en région parisienne mais retournant le plus souvent possible dans la maison familiale, Jean-Michel Monnet-Quelet a suivi adolescent, les cours de « patois » marchois de Pierre Lauby, locuteur de la commune de Saint-Sylvain-Montaigut (23). Après des études au lycée Pierre Bourdan à Guéret, il devient enseignant. Il a publié Le marchois, enquête sur un « patois » parlé en Creuse (2011, Etudes marchoises), La Creuse en Marche, le mythe occitan à l’épreuve des faits historiques et socio-cuturels (2012, Etudes marchoises) et des articles consacrés au marchois dans diverses revues creusoises.

Version e-book (cliquez sur ce lien)