OGO034 - Langues d'Oc langues de France (aspects politiques et juridiques, linguistiques et sociolinguistiques)
OGO034 - Langues d'Oc langues de France (aspects politiques et juridiques, linguistiques et sociolinguistiques)
  • Charger l'image dans la galerie, OGO034 - Langues d'Oc langues de France (aspects politiques et juridiques, linguistiques et sociolinguistiques)
  • Charger l'image dans la galerie, OGO034 - Langues d'Oc langues de France (aspects politiques et juridiques, linguistiques et sociolinguistiques)

OGO034 - Langues d'Oc langues de France (aspects politiques et juridiques, linguistiques et sociolinguistiques)

Prix normal
€11,50
Prix réduit
€11,50
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du paiement.

Auteur : Jean Lafitte (collectif) — langue : français — format : 15x21 cm — nombre de pages :  114 — illustrations : en NB.
Patois, provençal, auvergnat, béarnais, gascon…, on a bien des noms pour désigner les langues régionales du midi de la France. On en reparle de temps en temps, quand la grippe aviaire, les émeutes de banlieues, la canicule ou quelque autre sujet majeur n’accapare pas l’attention des Français. Il en fut ainsi en 1999 quand la France signa la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ; un rapport officiel du linguiste B. Cerquiglini dénombra alors 75 « langues de France », dont 28 pour la seule Nouvelle-Calédonie ! Et si le nord de la France comptait 8 langues d’oïl, « un choix politique et non scientifique, répondant aux enjeux du moment » n’en reconnut qu’une seule pour le midi, l’occitan.
Ce choix politique était inacceptable pour les associations qui, dans nos régions, entendent conserver les langues authentiques auxquelles sont attachées les populations : il les achèverait au seul profit d’une utopique “Occitanie” politique qui parlerait un “occitan” unique étranger à tous les locuteurs naturels.
Or à la fin de 2004 fut nommé un nouveau délégué général à la langue française et aux langues de France, M. Xavier North ; ce fut pour quatre groupements d’associations l’occasion de lui demander audience. Et pour lui laisser trace de leurs propos, ils ont préparé en commun un document exposant avec rigueur les faits, les avis scientifiques et les textes juridiques étayant leur revendication à la pluralité des langues d’oc. Ils le lui ont remis le 4 avril 2005, et l’ont adressé peu après au Ministre de l’Éducation nationale.
C’est ce document qui est rendu public par ce livre.

Version e-book (cliquez sur ce lien)